Economies imparables à la sécurité sociale.
 

Suite au dépistage colorectal gratuit, le laboratoire demande de me rendre chez mon médecin traitant (23 euros) afin qu’il me délivre une prescription, pourquoi ne pas délivrer automatiquement la prescription puisque c’est une nécessité.

Je me rends donc chez un spécialiste des maladies de l’appareil digestif. Celui ci me demande si je désire être anesthésié, comme j’ai subit une quinzaine d’anesthésies depuis 9 ans, et qu’il y toujours un risque, si minime soit il, je répond non à une anesthésie si elle n’est pas obligatoire. Il me fixe donc un rendez vous à son cabinet. Une fois la coloscopie réalisée je demande un bon de transport VSL , (je ne suis plus en mesure de conduire depuis mon opération d’un cancer en 2002), il me répond qu’il ne peut pas mais que si j’avais été hospitalisé et anesthésié, alors il n’y aurait eu aucun problème pour prendre les déplacements en charge, je réside à 10 kilomètres.

Voilà comment résonnent  nos têtes pensantes: afin de faire des économies sur les trajets qui, je l’admet bien souvent ont été abusifs, c’est simple pour que le transport en VSL soit pris en charge, il ne faut pas se rendre dans le cabinet du spécialiste mais c’est beaucoup plus simple que cela. Il suffit de se rendre à une visite d’anesthésie dans un hôpital, puis se faire admettre à l’hôpital pour une admission qui bien sur sera facturée tout comme l’anesthésie qui n’est pas obligatoire, mais un certain confort puisqu’en cabinet de consultation il n’y a pas d’anesthésie.

Ainsi réfléchissent nos énarques et diplômés de gestions des grandes écoles, un gamin du cours primaire est plus à même de se rendre compte du ridicule et de l’absurdité de ce système. Ou tout simplement est ce volontaire pour assurer des revenus substantiels aux profits de tous les intervenants de notre système de santé. De toute manière c’est le peuple qui va régler la note avec déduction des remboursements, alors pourquoi se priver de telles pratiques.

Le 21.10.2011. titi280955.unblog.fr